Déterminer les jours de fécondité

La période de l’ovulation est le seul moment où la femme peut tomber enceinte. Le couple qui souhaite concevoir un enfant se doit donc de bien identifier cette période propice.

Plusieurs méthodes aident à la déterminer. Elles représentent un moyen naturel d’accroître la fertilité.

Prenez votre température basale

Après l’ovulation, la femme produit une hormone appelée progestérone. Le rôle de cette hormone est de garantir à l’utérus une irrigation sanguine suffisante afin de pouvoir accueillir une éventuelle grossesse. La progestérone a pour effet secondaire d’augmenter la température corporelle de 0,6 °C1. La température reste à ce niveau jusqu’au début de la menstruation, puis baisse à nouveau. Les femmes peuvent utiliser cette information pour déterminer le moment de l’ovulation

Veillez à bien suivre ces cinq règles pour déterminer avec précision vos jours de fécondité à l’aide de la température corporelle :

  • Prenez toujours votre température le matin, au réveil, quand vous êtes encore en position allongée.

  • Si possible, prenez-la au même endroit et à la même heure tous les jours.

  • Prenez votre température pendant au moins trois minutes par voie rectale, vaginale ou orale, et procédez de la même façon pendant toute la durée du cycle.

  • Dormez pendant au moins six heures avant de prendre votre température basale.

  • Commencez votre liste ou votre graphique au premier jour de vos règles, qui correspond au début de votre cycle menstruel.

Tracez une courbe de température

La température de la femme suit une courbe qui permet de repérer le jour d'ovulation

Après chaque prise de température, reportez la valeur dans une liste ou sur un graphique. Notez aussi toutes irrégularités qui pourraient apparaître : moins de sommeil, maladie, stress, prise de médicaments et consommation d’alcool la veille.

Car la température basale est influencée par de nombreux facteurs. Reliez les points sur le graphique. Si vous avez manqué une prise de température, laissez un blanc.

La température varie parfois de façon très importante en début de cycle, vous pouvez donc ne pas tenir compte des quatre premiers chiffres de votre analyse.

Examinez ensuite les valeurs que vous avez reportées après le cinquième jour. Pour une meilleure visibilité, vous pouvez dessiner un trait horizontal directement au-dessus des valeurs les plus élevées (en excluant les valeurs aberrantes).
Puis vérifiez si vous pouvez observer une soudaine augmentation de température d’au moins 0,2 °C dans la première moitié du cycle. Cette hausse devrait se produire dans les deux jours.

Si vous observez pendant au moins trois jours consécutifs une température supérieure à celle reportée lors de la phase de basse température, vous pouvez considérer que l’ovulation a eu lieu dans les 48 heures précédant l’élévation de cette température.

Après les jours de fécondité

La seconde moitié du cycle dure habituellement entre 12 et16 jours. Cela peut aider à interpréter votre courbe de température. L’élévation de la température devrait se produire environ deux semaines avant le début de la menstruation du cycle suivant.

Types de courbes

Les courbes de température diffèrent beaucoup les unes des autres et elles ont rarement une apparence parfaite. De petites variations peuvent aussi compliquer leur interprétation. Cependant, après avoir pris votre température basale pendant quelques mois, vous finirez par acquérir de l’expérience et saurez mieux les interpréter. Cela signifie qu’après quelques cycles vous pourrez prévoir précisément quels sont vos jours de fécondité.

Les cycles précédents vont permettront de tirer des conclusions concernant les mois à venir. Ce qui pourra vous conduire à définir plus précisément votre période d’ovulation. Dans le cas de cycles très irréguliers, cela est néanmoins plus difficile.

Différents phénomènes peuvent être observés lorsque l’on détermine les jours de fécondité à l’aide d’une courbe de température :

Au cours de la première moitié du cycle menstruel, une valeur de température est beaucoup plus élevée que toutes les autres

Ceci peut être dû, par exemple, à une consommation d’alcool la veille au soir, à un rhume, à de la fièvre, à du stress, ou au fait d’être allé aux toilettes plusieurs fois avant de prendre sa température. Ne tenez pas compte des valeurs très inhabituelles, car elles risquent de perturber votre interprétation de la courbe de température.

Dans la seconde phase du cycle menstruel, une des valeurs de température est au niveau de la phase de température basse

Si une forte baisse de température est observée pendant un ou plusieurs jours dans la deuxième moitié du cycle, cela peut indiquer une carence en corps jaune. Cela est d’autant plus probable que cela se produit sans raison apparente au cours de plusieurs cycles. Certains médicaments font baisser la température et peuvent par conséquent influer sur la courbe. Si les mesures sont effectuées à des moments différents de la journée ou dans différents parties du corps, cela peut aussi expliquer une température plus faible.

Peu après une hausse soudaine, la température matinale rebaisse

Il arrive fréquemment que le température baisse juste avant l’ovulation et cela est complètement normal. Dans ce cas, la femme est en mesure de déterminer quels sont ses jours de fécondité avant même l’ovulation.

La température ne monte pas de façon soudaine, mais de façon graduelle

Cela indique une légère carence en corps jaune. Si la température s’élève de seulement de 0,1 °C sur plusieurs jours et si la hausse se poursuit ensuite, une carence en corps jaune est probable. Cela n’entraîne pas nécessairement une baisse de la fertilité.

La seconde partie du cycle dure moins de 12 jours

Si la période d’ovulation dure moins de douze jours au cours des cycles menstruels suivants, une carence en corps jaune en est la cause probable.

Il n’y a aucune hausse de température

Si aucune hausse de température n’est observée au cours de la seconde moitié du cycle, c’est que l’ovulation n’a pas eu lieu. Vous ne pourrez donc pas tomber enceinte au cours de ce cycle. Une absence d’ovulation en dépit de cycles par ailleurs réguliers est une chose de relativement fréquente chez les femmes plus âgées. L’allaitement, une fausse couche récente, les changements physiques survenant après l’arrêt de la prise de la pilule contraceptive ou encore des troubles hormonaux peuvent également causer une anovulation temporaire.

La température baisse à la fin du cycle

Si la température revient à son niveau le plus bas, cela signifie que la menstruation va bientôt arriver.

La température reste élevée pendant plus de 16 jours malgré la menstruation

Dans les premiers jours d’un nouveau cycle, il arrive quelquefois que la température basale reste élevée et redescende à son niveau le plus bas au plus tard le cinquième jour. Cependant, la température se maintient élevée si vous êtes enceinte.

Surtout, si votre menstruation intervient en retard ou si le saignement est beaucoup plus faible que d’habitude, il se peut que vous soyez enceinte. D’autres facteurs peuvent également être responsables d’une température élevée, tels que notamment les maladies fébriles.

La méthode du mucus cervical

le mucus cervical pour déterminer votre jour d'ovulation

Source :www.pregprep.com

 

Alors que la hausse de la température corporelle permet d’identifier a posteriori le moment de l’ovulation, la consistance et l’apparence du mucus cervical indiquent l’imminence d’une ovulation2.

C’est parce qu’au cours de la phase de fécondité, le col de l’utérus produit des sécrétions particulièrement liquides qui permettent de faciliter l’acheminement du sperme vers l’utérus. Les femmes produisent en général tellement de mucus cervical qu’elles en découvrent lorsqu’elles se nettoient avec du papier hygiénique pendant la phase de fécondité.

Mais l’ovulation est déclenchée par une autre hormone, l’hormone lutéinisante (LH), et une importante sécrétion de mucus ne constitue donc pas la preuve absolue d’une ovulation. C’est pourquoi il est recommandé de vérifier qu’il y a bien eu ovulation en associant un examen du mucus cervical à des prises de température. On peut noter chaque jour la consistance des sécrétions sur la courbe de température.

En général, une femme a besoin de plusieurs mois pour bien interpréter la consistance du mucus cervical. Mais ensuite, ses observations et son expérience lui donnent de bonnes indications sur ses périodes de fécondité.

Apprenez à interpréter le mucus cervical

  • Pendant la menstruation, le col de l’utérus sécrète peu de mucus cervical.

  • Dans les jours suivants, on trouve généralement des filaments de mucus durs et visqueux. Leur forme change peu au contact des doigts.

  • Le mucus est de plus en plus abondant et il peut alors être prélevé avec deux doigts. Les sécrétions deviennent aussi moins épaisses et plus claires.

  • Au début de la période de fécondité, quelques jours avant l’ovulation, une bande de mucus peut être étirée sur plusieurs centimètres sans se casser. Le mucus est alors presque transparent et sa texture est comparable à celle d’un blanc d’œuf.

  • C’est la veille de l’ovulation, le jour le plus fertile du cycle, que le mucus cervical peut s’étirer sur la plus grande distance.

  • Juste après l’ovulation, les sécrétions redeviennent filandreuses et fermes. La phase de fécondité est terminée.

Le stress ainsi que d’autres facteurs peuvent entraîner d’autres phases de sécrétion de mucus cervical clair. Si l’ovulation a déjà eu lieu, vous ne pourrez la déterminer que rétrospectivement, en vous basant sur vos mesures de température.

Examen du col de l’utérus

Les femmes qui sécrètent moins de mucus cervical peuvent palper régulièrement la paroi et le col de l’utérus pour déterminer leur phase de fécondité. Le col de l’utérus, qui va de l’utérus au vagin, s’ouvre au moment de l’ovulation, créant ainsi les conditions optimales pour la pénétration du sperme.

Au cours de la période d’infertilité, en début de cycle et après l’ovulation, le col de l’utérus s’étend profondément dans le vagin. Avec deux doigts, en position accroupie ou debout, on peut facilement le toucher. Il est alors relativement dur et fermé.

Lorsque le moment de l’ovulation approche, la paroi et le col de l’utérus sont en position plus haute. Ils sont difficilement palpables au toucher. Le col de l’utérus s’ouvre et ressemble à une petite fossette, ou à une fente avec des structures sphériques. Il est également très doux au toucher.

L’examen doit être effectué dès la fin de la menstruation. La position, les doigts utilisés ainsi que l’heure doivent idéalement rester les mêmes tout au long du cycle.

Un conseil important : lavez-vous les mains soigneusement avant de procéder à l’examen pour éviter toute infection. Si vous videz votre vessie, la palpation du col de l’utérus sera d’autant plus facile.

Essayez les bandes et les bandelettes de test

La concentration en hormone lutéinisante (LH) s’élève à la fin de la première moitié du cycle et déclenche l’ovulation. Quand le taux de LH atteint son maximum, cela indique qu’on est environ à un jour de l’ovulation.

Les bandelettes de test fonctionnent sur le même principe que les tests de grossesse. La plupart des bandelettes d’ovulation doivent être trempées dans l’urine pendant quelques instants. Après quelques minutes, une bande de contrôle apparaît. Si le taux de LH est élevé, deux lignes apparaissent.

Ces tests indiquent habituellement le moment où une femme est la plus féconde. Dans ce cas, la couleur de la bande qui indique le taux de LH sera au moins aussi intense que celle de la bande de contrôle. Mais comme les tests d’ovulation diffèrent légèrement les uns des autres, il convient de bien suivre les instructions données par le fabricant.

Si vous utilisez la méthode de la courbe de température et celle du mucus cervical, vous pouvez identifier les dates d’ovulation possibles. Ce test peut être utilisé sur plusieurs jours pour confirmer la fécondité.

Pour les femmes qui ont des cycles irréguliers, un test d’ovulation spécifique est particulièrement utile. En effet, la méthode de température n’indique une ovulation qu’une fois que la phase de fertilité est déjà terminée.

Les meilleurs kits pour prédire l’ovulation

Le prix des kits d’ovulation est variable

Malheureusement, dans ce cas, il faut utiliser beaucoup de bandelettes de test. Commencez le contrôle deux jours environ avant votre toute première date possible d’ovulation et continuez jusqu’à observer une hausse de LH.

L’ordinateur hormonal

L’ordinateur hormonal peut s’avérer très utile pour déterminer la phase de fécondité. L’ordinateur hormonal utilise exactement les mêmes fonctions – à savoir la température2 et l’élévation des taux de LH et de progestérone.

L’avantage de l’ordinateur est qu’il effectue lui-même le calcul des dates. Il construit votre graphique et effectue l’analyse des valeurs à votre place.

L’ordinateur hormonal est un bon complément à la planification familiale. Il peut aider à identifier la période de fécondité du couple qui souhaite concevoir un enfant.

Applis sur Smartphone

smartphone app to track ovulation day

Les meilleures applis pour la fertilité

Une appli gratuite ou payante, avec des fonctionnalités supplémentaires ?

Enfin et surtout, il existe un très grand nombre d’applis pour smartphone disponibles sur iPhone et Android.

Ces applications aident les femmes à suivre leurs menstruations et problèmes de santé — tels que leur poids ou leur bien-être émotionnel et physique.

Les femmes reçoivent ainsi des messages pour leur rappeler quels sont leurs jours de fécondité et, en général, tout est organisé sous forme de calendrier. Le tout est facile et agréable à consulter.

Beaucoup de ces applications sont gratuites et certaines d’entre elles proposent une version payante avec des fonctionnalités supplémentaires.

La difficulté est d’identifier quelles sont les bonnes et qu’elles sont celles qu’il faut éviter.

Bibliographie

  1. « Charkoudian N, Stachenfeld NS. Reproductive hormone influences on thermoregulation in women. Compr Physiol. 2014; 4(2): 793-804 »
  2. « Gross BA. Natural family planning indicators of ovulation. Clin Reprod Fertil. 1987;5(3): 91-117 »
  3. « Gross BA. Natural family planning indicators of ovulation. Clin Reprod Fertil. 1987;5(3): 91-117 »
Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

EffacerSubmit