Principaux examens de la fertilité féminine

Environ 15 % des couples n’arrivent pas à avoir d’enfants après 12 mois de rapports sexuels réguliers et non protégés1. À ce stade, les femmes ont en général évoqué leur désir de grossesse avec leur généraliste ou avec leur gynécologue au cours d’une consultation de routine. Il leur est particulièrement conseillé de le faire si, par exemple, elles ont subi un traitement contre le cancer ou si elles ont plus de 35 ans.

Environ 40 % des problèmes de stérilité sont dus aux femmes, 40 % aux hommes et les 20 % restants sont dus à des complications impliquant les deux partenaires2.

Les tests de fertilité et les examens complémentaires peuvent constituer un processus de longue haleine et, la fertilité féminine diminuant avec l’âge, il est préférable de s’en préoccuper au plus tôt. La démarche d’essayer de tomber enceinte peut être particulièrement éprouvante, il est donc important d’être aussi bien accompagnée que possible. Le stress est l’un des nombreux facteurs qui peuvent influer sur la fertilité. Avec des questions et des tests simples, le médecin généraliste ou le gynécologue peuvent identifier d’éventuels problèmes de fertilité chez la femme et y remédier en mettant le couple sur la « bonne voie ».

fertility disorder

Antécédents médicaux, sexuels et sociaux

Quand une femme consulte son généraliste ou son gynécologue pour un problème de fertilité, le praticien va chercher à connaître ses antécédents médicaux, sexuels et sociaux de manière approfondie. Cela l’aidera à trouver la cause du problème de fertilité.

Âge

La baisse de la fertilité s'explique par la diminution de la réserve ovarienne. Sources : Babycenter.co.uk

La baisse de la fertilité s’explique par la diminution de la réserve ovarienne. Sources : Babycenter.co.uk

La fertilité naturelle de la femme diminue rapidement avec l’âge et le praticien évaluera la probabilité de survenue d’une grossesse et les risques associés en se basant sur le profil d’âge du couple.

Enfants

Le médecin va s’entretenir avec sa patiente des naissances précédentes, ainsi que des éventuelles complications liées aux précédentes grossesses. Il l’interrogera aussi au sujet des fausses couches passées.

Cycles menstruels irréguliers

Si le cycle menstruel de la patiente est plus long que la moyenne, elle ne peut mathématiquement ovuler qu’une fois toutes les six semaines, soit environ neuf fois par an. Elle aura donc moins de chance de tomber enceinte. Ce qui constitue un désavantage statistique.

C’est pour cette raison que l’on prescrit parfois aux femmes dont les cycles menstruels sont longs des médicaments comme le Clomid, qui régule l’ovulation. Les femmes qui ont plus de 35 ans et qui n’ovulent pas de façon régulière sont davantage susceptibles de se voir prescrire ce traitement.

Délai pour tomber enceinte

Le médecin voudra savoir depuis combien de temps le couple essaie de concevoir. En moyenne, les couples ayant régulièrement des rapports sexuels non protégés :

Pourcentage moyen des couples fertiles ayant pu concevoir après3

un mois 20%
six mois 70%
12 mois 85%
18 mois 90%
24 mois 95%
Si les deux partenaires sont jeunes et en bonne santé et qu’ils essaient d’avoir un enfant depuis moins de 12 mois, il peut leur être conseillé de persévérer encore un peu dans leur tentative.

Sexualité

Les couples se verront interrogés sur la fréquence de leurs rapports sexuels, ainsi que sur les éventuelles difficultés rencontrées pendant les rapports. Ils peut arriver qu’ils éprouvent de la gêne ou de l’embarras à discuter de leur vie sexuelle devant le médecin.
Il est néanmoins primordial d’être ouvert et honnête. S’il s’agit d’un problème de puissance sexuelle ou de libido, cela sera relativement facile à régler.

Date d'arrêt de la contraception

Le couple sera interrogé sur le type de contraception utilisé et sa date d’arrêt. Il faut parfois du temps avant que certains types de contraception ne cessent de produire leur effet et ils ont ainsi une incidence négative sur la fertilité.

Antécédents médicaux et symptômes

Le médecin interrogera le couple sur les éventuels problèmes de santé, actuels ou passés, notamment sur les maladies sexuellement transmissibles (MST). Le praticien peut aussi demander :

  • si les règles de la femme sont régulières,
  • s’il lui arrive d’avoir des saignements entre ses règles ou après des rapports,
  • si elle a fait des fausses couches (grossesse extra-utérine comprises),
  • si elle a eu des infections ou subi des opérations.

Traitement médical

Les effets secondaires de certaines prises de médicament peuvent nuire à la fertilité féminine. Le médecin tiendra compte des traitements médicamenteux passés ou en cours, et pourra proposer des traitements alternatifs. La patiente devra mentionner toute médication sans ordonnance, phytothérapie incluse.

Habitudes

Différents modes de vie peuvent avoir une incidence significative sur la fertilité. Le généraliste voudra savoir :

  • si l’un des deux partenaires est fumeur,
  • le poids de chacun,
  • la consommation d’alcool de chacun,
  • s’ils prennent des stupéfiants,
  • s’ils sont stressés dans leur vie privée ou au travail.

Le médecin pourra alors leur recommander de changer de mode de vie afin d’augmenter leurs chances de concevoir un enfant.

Examens et tests de base

À la suite de cette consultation portant sur les antécédents médicaux, sexuels et sociaux, le couple pourra être adressé à un spécialiste de la fertilité pour des tests et des examens complémentaires.

Tests physiques

Le praticien procédera à un examen de la zone pelvienne pour détecter d’éventuels problèmes. Il cherchera une éventuelle infection, des bosses ou une sensibilité, qui peuvent indiquer un fibrome, une tumeurs ovariennes, une endométriose ou une maladie de l’inflammation pelvienne (MIP).

Tests hormonaux

Des tests sanguins pratiqués à différents moments du cycle menstruel peuvent fournir des informations utiles sur les problèmes de fertilité.

Le dosage sanguin du taux de progestérone permettra de savoir si la patiente ovule correctement. Le moment où est pratiqué ce test dépend de la régularité des règles de la patiente. Si ses cycles menstruels sont irréguliers, il sera procédé à un dosage des hormones messagères appelées gonadotrophines, qui stimulent la production des ovules par les ovaires.

Il est également intéressant d’effectuer régulièrement des dosages hormonaux de FSH, de LH, d’œstrogène et progestérone, tout en contrôlant divers autres facteurs tels que le fonctionnement normal des organes. Car un hypothyroïdisme, même léger, peut être responsable d’irrégularités dans le cycle menstruel de la femme4.

Examens des ovaires

Les ovaires de la femme seront examinés préalablement à la prescription d’un traitement médicamenteux de la fertilité. Cet examen peut consister en une prise de sang en vue de doser certaines hormones ou en une échographie des follicules ovariens.

30%

des couples stériles présentent une pathologie ovarienne

Test de dépistage du chlamydia

Le chlamydia est une maladie sexuellement transmissible (MST) qui affecte la fertilité. Lors de ce test, le gynécologue ou le spécialiste de la santé sexuelle prélèvera au moyen d’un écouvillon (une sorte de coton-tige, mais plus petit, plus doux et plus rond) quelques cellules du col de l’utérus.

En cas de diagnostic positif, un traitement aux antibiotiques sera prescrit. Au cours de l’auscultation, d’autres tests seront effectués, dont notamment le dépistage de l’herpès, de la gonorrhée, de la syphilis et du HIV, par analyses urinaire et sanguine.

Hystérosalpingographie

Une hystérosalpingographie (HSG) est une radio du bas-ventre (utérus) et des trompes de Fallope, effectuée après injection d’un colorant spécial. Cet examen permet d’observer la cavité de l’utérus et de détecter ainsi toute obstruction des trompes.

25%

des couples stériles sont affectés par un problème au niveau des trompes de Fallope

En plus des problèmes d’endométriose tels que les fibromes et les polypes, l’adénomyose peut aussi entraîner l’obstruction de l’utérus et des trompes de Fallope5. Un frottis cervical, pouvant être effectué au cours d’un examen gynécologique de routine, peut dépister les infections bactériennes, les infections fongiques et les modifications cellulaires, qui dans certains cas indiquent un trouble affectant la fertilité.

La plupart des médecins intègrent une échographie HSG dès le premier diagnostic de fertilité. Cela aide à détecter un myome, une endométriose, ainsi que les malformations de l’utérus. Au cours de l’examen, Le HSG met également en évidence le mûrissement des follicules et la structure de l’endomètre.

10%

des couples stériles sont affectés par un problème d’endométriose

Si aucun trouble de la fertilité n’est découvert au cours de ces premières explorations, le partenaire masculin devra faire une analyse de sperme, si cela n’a pas déjà été fait.

Certains praticiens recommandent aussi parfois un test post-coïtal6.

3%

des couples stériles sont affectés par problème de mucus cervicale chez la femme

Examens approfondis de la fertilité féminine

Il arrive qu’aucun problème de fertilité ne soit détecté. Le spécialiste pourra alors éventuellement recommander une hystéroscopie ou une laparoscopie afin de pouvoir diagnostiquer le problème de infertilité.

Bibliographie

  1. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12923157 »
  2. « Hudson, B. (1987). The infertile couple. Churchill-Livingstone, Edinburgh »
  3. « Gnoth C, Godehardt D, Godehardt E, Frank-Herrmann P, Freundl G. « Time to pregnancy: results of the German prospective study and impact on the management of infertility. » Human Reproduction. 2003 Sep; 18(9):1959-66. »
  4. « Weiss RV, Clapauch R. Female infertility of endocrine origin. Arg Bras Endocrinol Metabol. 2014; 58(2): 144-52 »
  5. « http://web.stanford.edu/class/siw198q/websites/reprotech/New%20Ways%20of%20Making%20Babies/Causefem.htm »
  6. « Hessel M, Brandes M, Bruin JPD, Bots RS, Kremer JA, Nelen WL, Hamilton CJ. Long term ongoing pregnancy rate and mode of conception after a positive and negative post-coital test. Acta Obstet Gynecol Scand. 2014; 93(9): 913-20″
Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

EffacerSubmit