Il y a des étapes importantes qu’une femme doit suivre en vue de préparer sa grossesse.

La planification d’un bébé est un moment enthousiasmant, même si cela peut aussi par moment être une source de stress. Beaucoup de facteurs sont susceptibles d’impacter la fertilité et il est important de vous préparer si vous envisagez de fonder une famille.

La liste ci-dessous répertorie certains des facteurs qui augmenteront vos chances de tomber enceinte et qui aideront votre bébé à bien se développer et à bien grandir à partir du moment où il aura été conçu.

Bilan de santé

La première étape est de faire un bilan de santé. Il est important de vérifier que vous êtes à jour de vos frottis de dépistage cervico-vaginaux. Vous devez faire une analyse sanguine pour déterminer si vous avez des anticorps contre la rubéole et contre la varicelle. Vous devrez peut-être vous faire vacciner si un risque se révélait.

Il est aussi recommandé de faire un dépistage des maladies sexuellement transmissibles. Les maladies non soignées comme la Chlamydia Trachomatis peuvent se transmettre à travers les trompes de Fallope et provoquer un hydrosalpinx et des cicatrices, conduisant à la stérilité et à un risque accru de grossesse extra-utérine. Voici certaines des autres infections sexuellement transmissibles qui peuvent impacter négativement la fertilité :

  • la syphilis
  • la gonorrhée
  • le papillomavirus humain
  • l’herpès
  • le sida
  • l’hépatite B
  • les verrues génitales

Consultation professionnelle

Si vous n’êtes toujours pas enceinte après 12 mois de tentative sans contraception, il est important d’en parler avec votre gynécologue ou avec votre spécialiste. Cela sera pour vous l’opportunité de recevoir son avis et d’explorer les options qui s’offrent à vous. Dans certains cas, quelques tests simples pourront éventuellement révéler un facteur sous-jacent qui est responsable d’une diminution de votre fertilité. Une fois le problème identifié, vous aurez plus de facilité à concevoir.

Connaître les phases du cycle menstruel

Il existe plusieurs méthodes différentes qui permettent de prédire le moment de l’ovulation. Certaines d’entre elles nécessitent d’observer les variations de température ou bien encore les changements dans le mucus vaginal, dans la salive et dans l’urine. Ces techniques ne sont pas fiables à 100 %, car elles peuvent être influencées par des facteurs extérieurs. Elles peuvent cependant fournir une bonne indication sur le moment de survenue des phases fécondes.

Un régime alimentaire sain

Il est important que votre corps soit bien nourri, car cela a une incidence sur votre fertilité. Un régime sain doit comprendre plusieurs portions de fruits et légumes frais par jour, ainsi que des protéines de qualité comme celles apportées par le poisson, la viande maigre, les œufs ou les légumineuses. Les aliments riches en glucides complexes et en calcium sont également importants. Essayez d’éviter de consommer à trop forte dose les additifs alimentaires comme les arômes, les conservateurs et les colorants. Les aliments riches en graisse saturée ne sont pas non plus recommandés.

Changements positifs de mode de vie

Aucune consommation d’alcool

Au moment où une femme tente de tomber enceinte, comme au cours de sa grossesse, il est important qu’elle s’abstienne de consommer toute forme d’alcool. L’alcool peut sévèrement endommager la santé du bébé et accroît le risque de fausse couche.

Pas de tabac

Le tabac contribue à la dysfonction érectile et cause beaucoup de dommages à l’ovule et à l’ADN. En cours de grossesse, la fumée de cigarette aggrave le risque de fausse couche.

Aucune drogue, qu’elles soit légale ou pas

Il faut éviter de consommer toutes drogues, qu’elles soient légales ou illégales, car cela impacte négativement la fertilité. Il y a aussi toute une série de prescriptions médicales qui peuvent compliquer la conception, comme les médicaments pour la tension artérielle, pour la thyroïde, pour l’immunosuppression et les stéroïdes. Il est recommandé de questionner votre médecin au sujet de tous les médicaments que vous prenez préalablement à la préparation de votre grossesse.

Bien-être émotionnel

Le fait de rester positif et optimiste peut contribuer à la fertilité. Il est inévitable de ressentir un minimum de stress, mais la conception sera facilitée si vous faites l’effort de minimiser votre stress et si vous y répondez de façon appropriée. Le stress et l’anxiété accompagnent toute grossesse et toute tentative de conception, mais il existe de nombreuses organisations qui peuvent vous aider à acquérir les techniques pour les gérer.

Prendre des compléments de foliate

Il est important de prendre des compléments de foliate pour préparer sa grossesse. La vitamine B est importante et doit être prise de façon régulière pendant au moins un mois avant la conception, ainsi que pendant le premier trimestre. Cela réduit significativement le risque que le fœtus développe une malformation du tube neural, qui peut être source de maladie congénitale comme le spina bifida. Le foliate peut être pris séparément ou en association avec d’autres compléments alimentaires favorables à la pré-grossesse.

Rester en bonne forme

La grossesse peut être source de fatigue pour l’organisme. Il est donc important d’être relativement en bonne forme avant de concevoir. Les périodes prolongées d’exercice intense ne sont pas recommandées, car elles affectent négativement les cycles d’ovulation et rendent la conception plus difficile. Les femmes qui n’ont pas l’habitude de pratiquer régulièrement de l’exercice voudront probablement suivre un programme de fitness établi sur mesure pour elles. La fertilité masculine profite aussi d’un programme de fitness. Les hommes qui souhaitent concevoir doivent donc l’envisager. 

Maintenir un poids de santé

Le poids de santé est un facteur important à la fois pour la fertilité masculine et pour la fertilité féminine. Le surpoids et l’obésité augmentent le risque de déséquilibre hormonal, de diabète et de maladie cardiaque. Toutes ces maladies contribuent à l’infertilité. Par ailleurs, les femmes en sous-poids courent aussi un risque de fertilité réduite, car leurs cycles menstruels peuvent être perturbés. Si votre poids vous inquiète, il serait bon de consulter un diététicien et de vous rapprocher de votre poids de santé pour tendre vers une fertilité optimale.

Améliorer les conditions de la fertilité

Plusieurs pathologies médicales viennent réduire la fertilité féminine. Les problèmes suivants se trouvent parmi les plus communs :

Les ovaires polykystiques

Ce syndrome englobe un grand nombre de symptômes. Il est susceptible d’être diagnostiqué lorsque les conditions suivantes sont remplies :

  • un haut niveau d’androgène (hormone mâle)
  • des kystes ou des follicules dans les ovaires
  • des cycles menstruels irréguliers

Lorsque des ovaires polykystiques sont diagnostiqués et en l’absence de règles régulières, les femmes peuvent avoir recours à une méthode de procréation assistée. Le traitement peut consister en différentes interventions techniques, comme la fécondation in vitro ou de simples comprimés associés à des relations programmées.

Endométriose

Cette maladie se caractérise par des symptômes douloureux avant et pendant les menstruations, dus à des dépôts tissulaires en dehors de l’utérus. Cela peut parfois réduire la fertilité. En savoir plus sur l’endométriose et ses traitements.

Blocage des trompes de Fallope

Le blocage des trompes de Fallope entrave le transfert des ovules vers l’utérus. En fonction des raisons qui provoquent ces blocages, des possibilités de traitement peuvent exister. En savoir plus sur le blocage des trompes de Fallope et sur les traitements.

Aménorrhée

Cette maladie provoque une absence de menstruation chez les femmes en âge de procréer. Il existe nombre de raisons pouvant expliquer la survenue de cette maladie et différentes options de traitement existent. En savoir plus sur l’aménorrhée.

Résumé

La plupart des femmes pensent que des changements positifs dans leur mode de vie vont les aider à améliorer leur fertilité. Manger comme il faut, rester en forme et éviter tout ce qui a une influence négative sur le corps : tout cela concourt à la fertilité. Pour les femmes avec une pathologie médicale qui réduit leur fertilité, il existe souvent des possibilités de traitement efficaces. Il convient d’en parler avec leur médecin ou avec leur gynécologue.

Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

EffacerSubmit