Il existe un certain nombre de conseils qui peuvent aider les couples à booster leur fécondité.

Contrairement aux idées reçues, la fertilité n’est pas seulement l’affaire d’un régime équilibré. D’autres facteurs sont tout aussi déterminants, tels que la pratique d’activités sportives, le fait d’éviter les toxines environnementales et l’adoption de positions optimales pendant les rapports sexuels.

Exercices physiques

La pratique d’une activité physique régulière peut avoir un impact positif sur la fertilité des deux partenaires. Un entraînement d’endurance léger ainsi que des activités athlétiques modérées peuvent améliorer la circulation et aider à réguler la production d’hormones. L’exercice physique augmente le niveau d’endorphines, ce qui rend plus heureux et plus sûr de soi. Et, bien sûr, il favorise la perte de poids qui peut parfois avoir une incidence négative sur la fertilité.

How to start training

Les personnes sédentaires peuvent doucement commencer à améliorer leur fertilité, en pratiquant par exemple la marche rapide, la course lente ou la natation deux fois par semaine.

Il vous suffit opérer quelques petits changements dans votre vie quotidienne. Vous pouvez par exemple emprunter les escaliers plutôt que l’ascenseur, faire vos courses à bicyclette au lieu de prendre votre voiture, et marcher un peu pendant votre pause-déjeuner.

Au fil du temps, vous progresserez et tous ces petits changements s’accumuleront pour produire des effets bénéfiques sur votre santé.

Il est très important que votre programme d’exercice physique soit adapté à vos capacités personnelles. Pratiquez uniquement un sport qui vous plaît, au niveau qui vous est adapté.

Dans les sports d’extrême endurance, la chaleur peut devenir un problème et affecter négativement le processus de production de sperme dans les testicules. Il convient de porter une tenue de sport confortable et pas trop serrée, pour ne pas comprimer les testicules.

Les hommes qui font du vélo devraient éviter les selles trop dures et trop étroites.

Surveiller son poids

How body weight affects MALE fertility

Un IMC élevé a aussi une incidence négative sur la fertilité masculine. Les hommes en surpoids sont davantage susceptibles de souffrir d’une baisse de production spermatique (quantité), ainsi que d’une diminution de la qualité du sperme par apport aux hommes dont l’IMC est normal1.

Cela est dû à un déséquilibre hormonal et à une mauvaise circulation sanguine, qui affectent l’afflux de sang vers les organes de reproduction.

Les hommes en sous-poids souffrent d’une carence nutritionnelle, qui aboutit souvent à l’infertilité en raison d’un manque de micronutriments importants.

How body weight affects FEMALE fertility

Des études ont montré que les femmes avec un IMC (Indice de masse corporelle) supérieur à 30 sont plus souvent traitées pour infertilité que les femmes avec un IMC compris entre 20 et 252. Une des raisons en est que les femmes obèses sont aussi plus souvent atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (PCOS)3.

Cette pathologie implique la présence d’un grand nombre de kystes bénins (poches remplies de liquide) qui se forment dans les ovaires féminins. Ces derniers peuvent alors se retrouver dans l’impossibilité de libérer d’ovule, empêchant ainsi toute ovulation. De plus, l’équilibre hormonal de la femme peut être altéré, par exemple à la suite de pics de glycémie.

L’œstrogène n’est pas seulement produit par les ovaires, mais aussi par les cellules adipeuses (tissus adipeux 4. Un excès de production d’œstrogènes par les cellules adipeuses peut donc causer un déséquilibre hormonal généralisé, que les experts pensent être une des causes de l’infertilité5.

Un excès de tissus adipeux a également une incidence négative sur la circulation, y compris dans l’utérus. Cela est préjudiciable à un projet de grossesse, car la région utérine a besoin de nombreuses substances nutritives pour pouvoir initier une grossesse.

Anorexie

Une valeur d’IMC (Indice de Masse Corporelle) inférieur à 18 peut aussi poser problème aux couples qui souhaitent concevoir un enfant.

En effet, le corps de la femme n’a pas suffisamment de réserves pour pouvoir mener à terme une grossesse6. Le corps ajuste ainsi son taux d’ovulation et cela aboutit à des cycles menstruels absents ou irréguliers.

Le maintien d’un IMC normal et d’une bonne constitution physique grâce à la pratique régulière de l’exercice physique contribue à améliorer la fertilité des deux partenaires. Même en cas de léger surpoids, vos chances d’attendre un enfant augmenteront.

Méfiez-vous des régimes extrêmes, car ils peuvent perturber votre équilibre hormonal et causer des carences en nutriments importants pour l’organisme.

Les acides aminés et les antioxidants peuvent améliorer la fertilité masculine de 400 %

Les associations de micronutriments, tout comme les régimes d’acides aminés à haute dose, se sont avérés très efficaces pour améliorer la qualité du sperme. L’acide aminé L-Arginine peut avoir une incidence directe sur la fertilité masculine et la multiplier par quatre en augmentant la quantité et la morphologie (pourcentage de formes normales) des spermatozoïdes. Cela a été démontré par plusieurs études américaines7, 8. Les composants principaux du sperme, les polyamines spermine et spermidine, contiennent une proportion élevée d’Arginine.

La L-Arginine affecte aussi indirectement la fertilité masculine en améliorant la fonction érectile et l’état de santé général du futur père. L’arginine est parfois présente dans les compléments alimentaires pour la fertilité masculine.

Parce qu’une chaîne est aussi forte que son maillon le plus faible, les spécialistes en fertilité recommandent généralement de consommer des produits variés et équilibrés plutôt que de suivre un régime basé sur un seul nutriment à haute dose. Nous avons comparé ici 13 produits naturels qui augmentent la fertilité masculine.

Voici un test comparatif des boosters naturels de la fertilité masculine :

Lire le test comparatif !

La haute dose quotidienne de L-arginine contenue dans certains produits aide aussi à améliorer la production de sperme et donne des spermatozoïdes vigoureux, sains et mobiles.

Comparaison des compléments alimentaires pour la fertilité masculine

Les compléments alimentaires pour la fertilité masculine qui sont disponibles sur le marché diffèrent énormément en terme de qualité et de prix.
Cliquez ici pour découvrir quels sont les produits qui méritent votre temps et votre argent

 

Lisez l’étude comparative !

boost fertility through relaxation

Réduire le stress

Le stress psychologique peut affecter l’équilibre hormonal des hommes et des femmes et une étude sur le sujet a démontré qu’elle était la cause de l’infertilité masculine idiopathique (inexpliquée) 9. Il est donc recommandé aux couples qui veulent un enfant de s’accorder des moments de détente plus fréquents, pour diminuer le stress et la pression.

Des exercices de relaxation tels que le yoga et la méditation, qui créent des moments de détente, un repas romantique ou un week-end de bien-être peuvent être bénéfiques aux deux partenaires et contribuer ainsi à redynamiser leur vie de couple.

Le couple appréciera ce moment privilégié passé ensemble. D’autant plus qu’en cas de grossesse réussie, ils auront beaucoup moins de temps à se consacrer l’un à l’autre.

Dormir beaucoup

Le manque de sommeil entraîne à long terme des déséquilibres hormonaux, qui ont un impact négatif sur un certain nombre de fonctions de l’organisme. Lorsque les niveaux de stress et de cortisol augmentent, le taux de fertilité des hommes10 et des femmes11 chute. Les couples qui souhaitent concevoir un enfant doivent donc s’assurer de dormir suffisamment.

How sleep affects MALE fertility

En matière de sommeil, les mauvaises habitudes peuvent aussi conduire à des problèmes de poids, chez l’homme comme chez la femme. L’obésité diminue chez l’homme la qualité du sperme et sa quantité.

How sleep affects FEMALE fertility

Certaines études ont établi un lien entre les mauvaises habitudes en matière de sommeil et l’irrégularité des règles (cycle menstruel plus long), conduisant ainsi à une moindre fertilité12, 13.

Une petite étude a également fait apparaître que les fausses couches sont plus courantes chez les infirmières qui travaillent de nuit14.

.

Arrêter toute contraception aussi tôt que possible

En théorie, une femme peut tomber enceinte dès qu’elle arrête la contraception. Les études ont montré que le cycle menstruel de la femme tend statistiquement à revenir à la normale dans les trois mois qui suivent cet arrêt, et parfois plus rapidement.

Après l’arrêt de la pilule, il est très difficile de prédire le moment où la femme redeviendra fertile. Cela dépend en grande partie de son mode de vie et de son état de santé général.

On pense que l’Agnus-Castus peut aider une femme à retrouver des cycles menstruels réguliers après une prise prolongée de la pilule15.

Ne pas abuser pas de certaines substances

influence de la caféine sur la fertilité
influence de la caféine sur la fertilité

Fertilité féminine

De nombreuses études se sont intéressées à l’effet de la caféine sur la fertilité féminine16, avec des résultats peu concluants.

Après évaluation des différents sources existantes, l’organisation américaine ‘Teratology Information Services’ recommande aux femmes qui souhaitent concevoir de ne pas consommer plus de 200 mg de caféine par jour. Cela correspond à environ deux tasses de café. D’autres produits contiennent aussi de la caféine, comme le Coca Cola, le chocolat et le thé noir ; la limite quotidienne peut donc être rapidement atteinte.

Les mécanismes selon lesquels la consommation de café peut avoir un effet négatif sur la fertilité de la femme sont encore inconnus. Certains experts pensent que la caféine nuirait à l’équilibre hormonal.

Fertilité masculine

Chez l’homme, au contraire, il ne semble pas y avoir de corrélation entre qualité du sperme et la consommation de caféine, même si certains effets négatifs ont pu être observés dans le cas où une dose très élevée de caféine est consommée17. Une étude brésilienne a même montré que le fait de boire du café augmente la motilité des spermatozoïdes chez certains hommes18.

influence de l'alcool sur la fertilité
influence de l’alcool sur la fertilité

Pendant que le foie dégrade l’alcool, il n’est pas en mesure d’assurer ses autres fonctions, comme la dégradation de l’œstrogène. Cela entraîne un excès d’hormone sexuelle féminine, qui a pour conséquence un impact négatif sur la fertilité de l’homme comme sur celle de la femme19.

Un abus d’alcool prolongé chez l’ homme peut affecter de façon négative et irréversible la qualité du sperme20.

On ne sait pas encore si une consommation d’alcool occasionnelle peut également nuire à la fertilité. Les experts recommandent donc, lorsqu’on désire concevoir un enfant, de ne pas consommer d’alcool plus de trois fois par semaine. Pour mettre toutes les chances de votre coté, abstenez-vous tous les deux de boire de l’alcool.

influence de la nicotine sur la fertilité
influence de la nicotine sur la fertilité

Le tabac a un impact négatif sur la fertilité de l’homme comme sur celle de la femme. De nombreuses études ont démontré que les spermatozoïdes des fumeurs sont moins efficaces dans la fertilisation des ovules, qu’ils meurent plus vite et qu’ils sont moins mobiles21.

Plus un homme fume et plus le comptage de son sperme et sa forme (morphologie) sont affectés.

Chez la femme, le tabagisme a de nombreux effets négatifs sur la fertilité, en raison d’une détérioration de la circulation sanguine. Il affecte négativement la production d’hormones et l’implantation dans l’utérus22.

Le tabagisme passif peut aussi diminuer la fertilité. Les femmes enceintes qui continuent à fumer présentent un plus grand risque faire une fausse couche. En outre, les enfants nés de mères qui ont fumé pendant leur grossesse sont en moins bonne santé que ceux nés de mères non fumeuses. Il est donc fortement recommandé aux femmes d’arrêter de fumer si elles souhaitent tomber enceinte.

Dealer de drogue touchant de l'argent Les drogues ont de nombreux effets néfastes et la diminution de la fertilité est l’une d’entre elles.

La consommation de substances illégales doit par conséquent être bannie par les deux partenaires qui souhaitent concevoir un enfant, pendant la grossesse et après la naissance.

Une étude a trouvé que le cannabis diminue la quantité et la motilité des spermatozoïdes dans l’éjaculat23. De plus, le nombre de spermatozoïdes atteints de malformations s’est avéré être plus élevé que la moyenne.

Ces dommages se poursuivent sur le long terme puisque même après plusieurs mois d’abstinence, les niveaux ne sont toujours pas revenus à la normale24.

La cocaïne et d’autres substances ont des effets similaires sur la fertilité. Dans le pire des cas, les drogues peuvent endommager le matériel génétique du sperme et des ovules. Ainsi, si un des parents consomme des drogues, cela peut avoir un impact très fort sur le futur développement de l’enfant.

Des expérimentations conduites sur des souris ont montré que la consommation de marijuana par les femelles juste après la fécondation peut occasionner des troubles du développement considérables chez leur progéniture mâle25. L’action du composé psychoactif de la marijuana provoque la mort de nombreux ovules lorsqu’ils se dirigent vers l’utérus, ou provoque une implantation incorrecte dans les trompes de Fallope.

Quand une grossesse se produit en dehors de l’utérus, on parle de grossesse ectopique ou tubaire et cela peut mettre en danger la vie de la mère26.

influence de la prise de médicaments sur la fertilité
influence de la prise de médicaments sur la fertilité

La prise de certains médicaments interfère avec l’équilibre hormonal délicat de l’organisme et peut diminuer la fertilité. La liste est longue et comprend de nombreux psychotropes, la cortisone, les médicaments pour la tension et les stéroïdes anabolisants. Les médicaments contre la cancer peuvent causer une infertilité prolongée.

Assurez-vous de consulter avec votre médecin traitant pour vous entretenir de toute prise régulière de médicaments qui pourrait nuire à votre fertilité. Si tel est le cas, votre médecin vous aidera à trouver les alternatives possibles.

Diminuer l’exposition aux polluants

Des études ont mis en évidence à plusieurs reprises le fait qu’une grande variété de polluants ont un impact négatif sur la fertilité de l’homme et de la femme. Les métaux lourds dans les aliments, dans la poussière et dans l’eau sont tout aussi dangereux que les pesticides et les plastifiants.

Par exemple, les ouvriers agricoles qui sont en contact direct avec des pesticides présentent une qualité de sperme anormale bien plus fréquemment que les autres hommes27.

Beaucoup de substances synthétiques présentent une ressemblance chimique avec l’œstrogène. Dans le pire des cas, cela peut provoquer un déséquilibre hormonal chez l’homme, avec des conséquences négatives sur la qualité et la quantité du sperme.

Ces polluants peuvent aussi occasionner un abaissement du taux de fertilité chez la femme. Même l’air que nous respirons contient de nombreuses substances nocives émises par les meubles, les peintures murales, les objets de décoration et les emballages. Il n’est évidemment pas possible de se protéger contre toutes ces substances.

En respectant certaines règles, il est possible de diminuer le nombre de polluants qui viennent à votre contact par l’intermédiaire de l’air, de la peau, et de la nourriture.

Achetez des produits frais et biologiques chaque fois que cela est possible, mais assurez-vous de toujours laver vos fruits et légumes avec soin. Concernant la salade et le chou, enlevez bien les feuilles extérieures.

  • La cuisson détruit les vitamines et élimine les oligo-éléments. Ne faites pas trop cuire vos aliments. Cuisinez-les avec soin et aussi rapidement que possible. Mangez cru, c’est encore mieux !
  • Évitez les plats préparés qui contiennent des conservateurs et des additifs.
  • Utilisez aussi peu que possible la matière plastique pour stocker et cuisiner vos aliments.
  • Lavez vos vêtements neufs plusieurs fois avant de les porter pour la première fois.
  • Aérez votre maison, en évitant au maximum les désodorisants.
  • Lorsque vous utilisez des produits à faible teneur en solvant pour peindre vos murs, n’utilisez pas de revêtements de sol en PVC ni de papiers peints en PVC.
  • Utilisez uniquement des produits de nettoyage qui sont sans chlore et sans composés artificiels de muscs.
  • Ne portez pas de plombage dentaire fait d’amalgame. Assurez-vous également de ne pas avoir besoin de faire retirer un amalgame dentaire au moment où vous tenterez de tomber enceinte, car le taux d’exposition au mercure augmente beaucoup à la suite d’une telle opération.
  • Le thon, la roussette et l’espadon sont une source importante d’acides aminés, mais ils contiennent aussi beaucoup de mercure, alors dégustez-les avec modération.
  • Si vous êtes en contact avec des substances toxiques ou dangereuses dans votre vie professionnelle, suivez à la lettre les consignes de sécurité.
  • Les radiations électromagnétiques des appareils Bluetooth peuvent réduire la fertilité masculine28 29. Éteignez votre Bluetooth quand vous n’en avez pas besoin.
influence of sex positions on fertility

Des relations sexuelles plus fréquentes et plus passionnées

Pendant longtemps, les experts étaient en désaccord sur la question de savoir si la femme devait, oui ou non, respecter une période d’abstinence de plusieurs jours avant d’atteindre son pic de fertilité. Il a été cependant démontré depuis que des rapports sexuels plus fréquents améliorent de façon significative la qualité du sperme30.

Quand une femme a envie de sexe, les sécrétions vaginales aident le sperme à arriver à destination. Rappelez-vous que, sauf mention particulière, les lubrifiants et les crèmes comportent habituellement des substances qui peuvent endommager les spermatozoïdes.

Adopter la position sexuelle la plus favorable

La position du missionnaire est la meilleure position pour concevoir un enfant. Le pénis peut pénétrer suffisamment profondément dans le vagin et cela facilite l’écoulement des spermatozoïdes.

Il est recommandé que la femme reste allongée sur le dos pendant quelques minutes après tout rapport sexuel et qu’elle surélève son bassin par rapport au reste du corps à l’aide d’un oreiller. En effet, le col de l’utérus et l’utérus se retrouvent ainsi en position inférieure par rapport au vagin et la gravitation peut donc faciliter le transport des spermatozoïdes.

Lorsqu’un partenaire pénètre le vagin par-derrière et que la femme se positionne sur le ventre, avec les genoux légèrement fléchis, beaucoup plus de spermatozoïdes sont en mesure d’atteindre l’utérus. Car, dans cette position, le pénis peut pénétrer plus profondément dans le vagin et cela raccourcit d’autant le chemin que les spermatozoïdes doivent parcourir pour atteindre l’utérus.

Les positions assises ou debout ne sont pas recommandées aux couples souhaitant concevoir un enfant. Car une grande quantité de sperme s’échappe du vagin sous l’effet de la gravité. En conséquence, très peu de sperme peut atteindre l’utérus et cela réduit ainsi la probabilité que la femme tombe enceinte.

Bibliography

 

  1. « Shayeb AG, Harrild K, Mathers E, Bhattacharya S. An exploration of the association between male body mass index and semen quality. Reprod Biomed Online. 2011;23(6): 717-23 »
  2. « Wilkes S, Murdoch A. Obesity and female fertility: a primary care perspective. J Fam Plann Reprod Health Care. 2009; 35(3): 181-5 »
  3. « Alvarez-Blasco F, Botella-Carretero JI, San Millan JL, Escobar-Morreale HF. Prevalence and characteristics of the polycystic ovary syndrome in overweight and obese women. Arch Intern Med. 2006;166(19): 2081-6 »
  4. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14623515 »
  5. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC18832/ »
  6. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3192363/ »
  7. « Schachter, A., et al.; Treatment of Oligospermia with the amino acid L-Arginine; Journal of Urology, 110 (3); 310-313; 1973 »
  8. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7701414 »
  9. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1819998 »
  10. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3471267/ »
  11. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23829562 »
  12. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2505167/ »
  13. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25085801 »
  14. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12418990 »
  15. « http://en.wikipedia.org/wiki/Vitex_agnus-castus#Current_uses »
  16. « Jensen TK, Henriksen TB, Hjollund NH, Scheike T, Kolstad H, Giwercman A, Ernst E, Bonde JP, Skakkebaek NE, Olsen J. Caffeine intake and fecundability: a follow up study among 430 Danish couples planning their first pregnancy. Reprod Toxicol. 1998;12(3): 289-95 »
  17. « Jensen TK, Swan SH, Skakkebaek NE, Rasmussen S, Jorgensen N. Caffeine intake and semen quality in a population of 2554 young Danish men. Am J Epidemiol. 2010;171(8): 883-91 »
  18. « Sobreiro BP, Lucon AM, Pasqualotto FF, Hallak J, Athayde KS, Arap S. Semen analysis in fertile patients undergoing vasectomy: reference values and variations according to age, length of sexual abstinence, seasonality, smoking habits and caffeine intake. Sao Paulo Med J. 2005;123(4): 161-6 »
  19. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3493844/ »
  20. « http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3739141 »
  21. « Zhou NY, Cao J, Cui ZH, Han X, Cai M, Bao HQ, Li YF, He JL. Effects of smoking on sperm apoptosis and semen quality of adult males in the main urban area of Chongqing. Zhonghua Nan Ke Xue. 2009;15(8): 685-8 »
  22. « Soares SR, Simon C, Remohi J, Pellicer A. Cigarette smoking affects uterine receptiveness. Hum Reprod. 2007;22(2): 543-7 »
  23. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3717046/ »
  24. « Hembree WC, Nahas GG, Zeidenberg P, Huang HF. Changes in human spermatozoa associated with high dose marihuana smoking. Adv Biosci. 1978;22: 429-39 »
  25. « Dalterio SL, deRooij DG. Maternal cannabinoid exposure. Effects on spermatogenesis in male offspring. Int J Androl. 1986; 9(4): 250-8 »
  26. « Schuel H. Tuning the oviduct to the anandamide tone. J Clin Invest. 2006;116(8): 2087-90 »
  27. « Hossain F, Ali O, D’Souza UJ, Naing DK. Effects of pesticide use on semen quality among farmers in rural areas of Sabah, Malaysia. J Occup Health. 2010;52(6): 353-60 »
  28. « Agarwal et.al. (2009) Effects of radiofrequency electromagnetic wave (RF-EMW) from cellular phones on human ejaculated semen: an in vitro pilot study, Fertility and Sterility, Volume 92, issue 4, (pp.1318-25) »
  29. « Gutschi et.al. (2011). Impact of cell phone use on men’s semen parameters. Andrologia, Volume 43, issue 5, (pp. 312-16) »
  30. « Levitas E, Lunenfeld E, Weiss N, Friger M, Har-Vardi I, Koifman A, Potashnik G. Relationship between the duration of sexual abstinence and semen quality: analysis of 9489 semen samples. Fertil Steril. 2005;83(6): 1680-6 »
Leave Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

EffacerSubmit